AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 3:42


Le soleil se lève sur Darnassus. A vrai dire, qu'il se lève ou pas ne fait pas grand différence. La canopée bienveillante de Teldrassil enfin guéri de son ancienne corruption jette sur la cité et toutes les bourgades environnantes une ombre douce tandis que, de jour comme de nuit, les eaux bleues dans lesquelles baigne Darnassus semblent s'illuminer d'elles-mêmes, de sorte que même par une nuit sans lune, cette lune que les Keldorei aimaient tant, la capitale est toujours envahie d'une clarté diffuse.
Jon Wolfson, lui, sent que le soleil se lève. Ses sens le lui disent. Assis contre un arbre au tronc impressionnant et dont la forme générale évoque celle d'un ours, il réfléchit. Il ne lui reste en vérité pas grand-chose d'autre à faire en ces jours. Il regarde distraitement un papillon sur un brin d'herbe tout en ressassant encore et encore les évènements des derniers jours. Combien de jours s'étaient-ils écoulés d'ailleurs? Il n'avait conscience que de trois jours, mais il se souvient également fort bien que pendant plusieurs jours, il avait été inconscient de ses actes. Si il n'avait été tant accompagné, et si les évènements n'avaient eu de si graves conséquences, pour lui ainsi que pour d'autres, il aurait cru avoir rêvé. Rêvé un rêve qui aurait duré plusieurs vies.
Jon se lève en fouillant ses poches pour y trouver un reste ma foi peu avenant de champignon sylvestre. Il ne peut que réprimer un sourire en se disant que c'était un trophée de guerre bien drôle qu'une ration de combattant réprouvé. Mais c'était nourrissant, que demander de plus?
Il se tourna près du panneau d'affichage où étaient placardées de nombreuses affiches, dont la plus imposante était celle de l'appel aux armes du Roi Varian Wrynn, souverain de Hurlevent. Jon Wolfson devrait s'habituer un jour à concevoir que son peuple était à nouveau dans ce camp-là. On demandait aux valides de se rendre à Lor'danel pour aider la population qui y avait fort souffert. Le sort des autres fit relativiser le sien. Le monde avait changé. Nouvelles alliances, nouvelles guerres.
Retranché dans leur région, les Gilnéens avaient perdu de vue le monde depuis près de trente ans, depuis la fin de la Deuxième Guerre. Les orcs n'étaient plus le mal absolu. Soit, ils le représentaient encore d'une certaine façon (Wolfson ne put s'empêcher de penser aux catapultes orques attaquant Quilleport), mais ils avaient aussi aidé à empêcher le fin du monde de nombreuses reprises.
Jon Wolfson n'avait jamais combattu d'orc.
Oh, la vie ne lui avait pas déplu, comme prêtre intendant dans la Cathédrale de Gilnéas, mais elle manquait un peu de rebondissements. Du moins il le pensait à l'époque. Aujourd'hui, il regrettait cette vie insouciante.
Il sourit une nouvelle fois en pensant à l'ironie de son nom, Wolfson, « Fils du Loup », précurseur à son destin, avant de remarquer une autre affiche, bien plus petite, écrite avec le ductus typiquement gilnéen que seul un vrai Gilnéen pouvait reconnaître :
« Frères Gilnéens, Frères Worgens!
Une nouvelle vie nous attend! Un monde nouveau nous attend! Notre environnement, notre corps, notre esprit a changé, mais nous sommes toujours là, et nous montrerons à la Reine Sylvanas, Dame noire des Réprouvés, puisse-t-elle être déchirée entre nos crocs, que Gilnéas vit toujours.
La Meute Sombrecrin s'est juré d'atteindre ce but!
Frères, nous vous attendons au Chêne Hurlant, notre nouvelle patrie en ce monde pour vous accueillir parmi nous et préparer notre vengeance! »

Wolfson était intrigué. Il n'avait rien vu au Chêne Hurlant lors de sa dernière visite. Il n'y avait pas fait attention. Il voulait voir ces frères de ses propres yeux. Il détala, se transforma et courut sur ses quatre membres. Il s'arrêta près du Chêne Hurlant. En effet il y avait une entrée, discrète, à l'opposé de l'endroit où les autres réfugiés s'étaient établis.
Maintenant il hésitait. Que devait-il faire? Se montrer en tant qu'humain, en tant que gilnéen de souche, ou en tant que worgen, en tant que représentant de ce nouveau peuple dont il faisait partie, dont la rage, l'agilité et le lien avec la nature était le symbole d'une nouvelle Gilnéas?

Il entra en tant que worgen, sans revenir à sa forme humaine. Il savait ce qu'il était : il était prêtre, il était gilnéen, et cela tous le savaient. Il était ce que la vie avait fait de lui. La Tanière était sombre, mais il y voyait grâce à ses nouveaux yeux. Il y avait worgens et humains, mais leur odeur ne le trompait pas : ils étaient tous l'un et l'autre, comme lui.
Une silhouette encapuchonnée le remarquât pour le saluer. Ni sa démarche, ni sa posture ne permettaient à Wolfson de savoir sous quelle forme il était, ni même si c'était un homme ou une femme! Intimidé, le coeur battant la chamade, il bégaya quelques mots sans aucune cohérence avant de se dire que s'approcher d'un Ettin avait été bien plus intimidant.
« Je suis Jon Wolfson. J'ai lu votre annonce. Si votre meute est ouverte à nos frères coupés de leurs racines, alors je suis des vôtres. »
Son hôte ne dit rien. Il ne fit rien. Wolfson ne fit rien non plus. Il attendait sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La voix du Loup
Maître de jeu
avatar

Messages : 86

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 14:44

La journée était déjà bien entamée. Les loups Aplha avaient demandé à plusieurs louveteaux d’aller cueillir les candidats à leur arrivée à Darnassus. Certains worgens ne se rendraient jamais à Hurlevent et il fallait bien que quelqu’un éclaire leurs lanternes.

La cité elfe n’avait rien à voir avec celle des humains. Calme, reposante, sécurisante. Ces créatures en harmonie avec la nature, avaient certainement appris, au fil des années de leurs longues vies, la sagesse et la tolérance. Bien que leurs actions envers les worgens avaient été influencées par la culpabilité, ils étaient les seuls à ne pas traiter les nouveaux alliés comme des monstres.

Les allées et venues des rescapés animaient le Chêne Hurlant. Bien que le lieu grouillait de monde, le silence inondait l’arbre. Apaisement de l’esprit. Retrouver la paix, l’harmonie, voilà ce que recherchaient les exilés.

- Je suis Jon Wolfson. J'ai lu votre annonce. Si votre meute est ouverte à nos frères coupés de leurs racines, alors je suis des vôtres.

Le louveteau resta muet quelque temps. Non, il ne s’était pas endormi sous sa capuche, mais le temps passé à attendre les intéressés l’avait rendu un brin mollasson.

- Hum ! Notre annonce tu dis ? Alors comme ça, tu es un frère motivé ?

Il sortit un parchemin enroulé d’un ruban de couleur rouge sang. Un sceau représentant une patte griffue était poinçonné dans un écusson de cire. Le louveteau remit le papier à Jon.

- Voici la prochaine étape si tu veux nous rejoindre. Rend toi là-bas et demande à voir un Loup Bêta… ou si tu en as le cran un Loup Alpha ! Bon courage mon frère.

En ouvrant le parchemin …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 17:02

Hurlevent....
Jon soupira. Un long voyage. Un voyage vers l'ancien royaume dont sa nation avait naguère été l'alliée. Une cité inconnue.
Darnassus était neuve, il s'y habituait à peine, mais au moins y avait-il des Keldorei accueillant, et un quartier qui abritait des Worgens. Hurlevent, c'était hors de sa portée, loin.

Il faillit se flanquer lui-même une baffe - qui aurait assurément laissé une trace griffue - avant de se ressaisir. Il voulait aller à l'aventure, donner son aide? Que changeait Darnassus ou Hurlevent? Le chemin n'était même pas si difficile que cela, il suffisait de prendre le bateau en partance directe, et Jon fut étonné d'apprendre que les lignes maritimes étaient assez sûres pour faire la traversée en trois jours seulement. Il embarqua sur le premier navire en partance.

La traversée ne lui sembla absolument pas longue. Il s'extasiait des contours des côtes qu'il pouvait voir au loin. Il voyait le monde, le vrai, celui qu'il n'avait jamais pu voir, cloitré dans sa cathédrale. Il voyait le monde pour lequel ses ancêtres et ses pairs s'étaient battus. Il voyait aussi à quel point le monde avait été déchiré. Le cataclysme avait balayé le monde dans son entièreté. Il n'était pas vraiment certain de savoir ce qui avait été ravagé de date récente, mais il lui semblait tout de même que la bourgade près de Lor'danel était une ruine récente, dont les poutres en bois, par exemple, étaient encore conservées, ce qui ne pouvait faire remonter le désastre à bien longtemps.

Au deuxième jour, il firent un grand détour vers le Sud. Il en demanda la raison à un matelot.
- "Quoi, vous n'savez pas? On contourne le Maëlstrom."
- "Le..quoi?"
- "Vous avez vécu dans une grotte ou quoi?"dit le matelot en regardant le worgen, le sourire aux lèvres
Jon resta impassible. La blague du matelot n'avait fait rire que lui.
Il reprit son sérieux en baissant les yeux.
- "Euh, eh bien...c'est un grand tourbillon d'eau que tous les bateaux évitent. Il parait qu'en plus d'être mortel à la plupart des navires, il donne accès sur un autre monde...ou je ne sais pas quoi. Je sais seulement qu'un bon marin se doit de l'éviter. En tout cas, de nos jours, c'est là que l'essentiel des combats se déroule."
Jon renifla l'air salé en regardant au loin.
- "Le Maëlstrom.."
Il irait un jour, il irait pour enfin savoir pourquoi sa terre natale avait été engloutie.

Arrivé à Hurlevent, au soir du troisième jour, il vit que la si belle cité, dont on avait tant loué la grandeur ainsi que l'immortalité, renaissant toujours de ses cendres à chaque destruction, avait également bien souffert. Une grand falaise dont tombait es pierres et des débris en feu jouxtait le port.
Parlons de ce port. Ruth'theran n'était qu'un embarcadère. Hurlevent était un port où tous les marchands s'affairaient, où les entrepôts débordaient, accompagné d'un va et vient de marchandises.
Il s'apprêtait à descendre avant de réfléchir une seconde. Les humains avaient eu de fameux déboires avec les Worgens. Jon ne pensait pas qu'ils allaient attendre qu'il s'explique avant d'essayer de l'arrêter..ou pire.
Il se retransforma en humain et retira son haut-de-forme. Seuls les Gilnéens portaient un tel chapeau. Sa robe de prêtre passait inaperçue. Elle était de facture elfique, elle ne le trahirait pas. Dans une ville inconnue, Jon ne voulait pas se compliquer l'existence en se montrant fièrement gilnéen, alors qu'ils niaient sciemment les autres nations depuis trente ans.
Il laissa flotter ses cheveux roux mi-longs, usa de son baton pour marcher et demanda avec le plus de sympathie possible où il pourrait trouver le quartier nain et son auberge. Il montra le plan au garde, masquant sciemment de son pouce le nom en rouge.
- "C'est simple, longez les canaux jusqu'à ce que l'air vous semble un peu plus enfumé, que vous entendiez des bruits d'enclume et des gars parler avec un fort accent montagnard. C'est que vous êtes au quartier nain. Si vous entendez une forte explosion, vous y êtes aussi, mais éloignez-vous, c'est que vous êtes tombé chez un gnome."

C'était simple en effet. Il redemanda son chemin une ou deux fois à des bifurcations - le garde n'avait pas précisé dans quelle direction il fallait longer les canaux - pour arriver au quartier dit.
Effectivement il y faisait enfumé, chaud, on entendait des martèlements de marteau frappant sur le fer, ou d'autres métaux plus exotiques.

Il reprit le plan. La meute ne s'établissait pas dans l'auberge principale du quartier mais une autre, moins fréquentée. Il n'y trouva pas l'odeur de bière, de vomi et d'urine mélangés qui caractérise les endroits de beuverie permanents. Par contre il sentit. L'odeur de sa race. Une odeur qu'il percevait même en tant qu'humain.

Un loup s'avança vers lui, lui bloquant le passage. Il ne dit mot, mais l'intention était claire. On ne rentrait pas comme ça. Il fallait montrer, s'il pouvait se permettre ce jeu de mot, patte blanche.

"On m'a donné ceci à Darnassus. J'ai fait le chemin depuis là pour rencontrer la Meute Sombrecrin. Mais je vois qu'être simplement interessé et gilnéen de surcroit ne suffit pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 18:25

Il m'a tout l'air un peu perdu ce brave homme, songea Adrian du haut de son toit préféré, jouxtant les autres maisons dont la fameuse tannière. Il n'avait pas quitté le prêtre des yeux depuis que ce dernier c'était aventuré dans la ruelle et s'était planté là, hésitant, devant le gardien de la porte. Il ne pu s'empêcher d'éprouver, d'emblée, beaucoup de sympathie à son égard, peut-être même un peu de pitié. Lui aussi avait été largué les premiers jours où il avait posé le pied dans cette cité immense.

D'un bon agile malgré le poids de l'armure qu'il n'avait pas hôté, puisqu'il revenait d'un long entraînnement, il atterit à quelques pas derrière l'individu et arbora aussitôt son apparence humaine qu'il appréciait tout autant que celle de loup. Cette dernière fut malheureusement dissimulée longtemps, mais aujourd'hui, alors que le mur était tombé et que les restes de son peuple s'était plus ou moins bien intégré au autres races, il pouvait enfin la revêtir à loisir et l'assumer au grand jour.
Mais... parfois, pour quelques obscures raisons de principe, la courtoisie l'obligeait à se montrer convenable et avenant, chose plus difficile avec des crocs, des griffes et des poils partout. Du moins pour lui.

Le frottement métallique de l'armure était tout sauf discrèt lorsqu'il toucha lourdement le pavé et qu'il s'avança vers l'inconnu en lançant un amical :

- Bien le bonjour !

Lorsqu'il paru dans la lumière du soleil qui parvenait à s'insinuer dans cette rue étroite, le visiteur pouvait constater un jeune homme robuste aux traits doux et liants, la démarche assurée et aux cheveux auburn tombant sur de larges épaules d'armure sombre. La fatigue de l'entraînnement fut habilement dissimulée derrière son expression accueillante et il inclina doucement le chef en guise de salut. Il adressa aussi un signe amicale au worgen posté devant la porte de la tannière.

- Pardonnez mon accoutrement, ce n'est pas l'idéal pour un premier accueil. Je vous ai entendu malgrés moi. Vous êtes bien à la tannière Sombrecrin. Je suis Adrian Volk, membre de la meute depuis peu.

Souriant et chaleureux, comme la majorité du temps, il s'assura d'un rapide coup d'oeil que l'homme n'était pas armé. Puis, il porta son regard sur l'affiche qu'il tenait entre ses mains.

- Je vois que la publicité s'avère efficace ! souffla-t-il en ricanant. Je vous en prie, venez vous délester à l'intérieur, vous devez être exténué par votre long voyage. Nous parlerons plus confortablement ainsi.

Adrian s'avança pour ouvrir la porte avant de se mettre de côté, invitant l'arrivant à entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 19:52

Jon fut un peu surpris par cette apparition, tout en admirant la grâce avec laquelle son interlocuteur était arrivé. Un simple humain non entraîné aurait fait un fracas énorme et se serait foulé une cheville.
Le prêtre était un peu amusé de voir qu'il avait changé rapidement de forme pour paraître plus avenant. Il est vrai que pour toutes les races du monde, y compris une bonne partie de la Horde, on était mieux perçu en humain qu'en worgen. Jon lui-même avait préféré revêtir cet aspect. Mais qu'importe comment réagissaient les autres, ou même bon nombre de Gilnéens eux-mêmes, Jon voyait les deux faces d'un être, il voyait ce qu'il était, pas ce qu'il semblait être. La Lumière bénissait cet homme, Adrian, et le Soleil lui-même semblait d'accord avec Jon en reflétant ses rayons sur l'armure du guerrier. Impossible de dire en quel métal elle était faite. Jon n'avait que peu de connaissance des pierres et des métaux. Il en avait collecté un peu à Gilnéas, avec sa pioche, tout comme il cueillait les plus belles fleurs, mais ce n'était qu'un passe-temps.

L'homme était sûr de lui, souriant, mais pas naïf. Il avait les réflexes du combattant qui jaugeait son interlocuteur en un clin d'oeil. Jon n'avait pas d'arme. Un bâton lui servait plus à marcher qu'à se battre. Mais il avait des pouvoirs mentaux, et ses habits enchantés ne faisaient que les renforcer. Il n'avait cependant aucune envie d'hostilité devant la franche jovialité d'Adrian.

Il l'invita à passer en premier. Jon n'était pas loquace, même en ce moment d'excitation. La vie monastique ne l'avait pas vraiment habitué à parler plus que nécessaire. Quand bien même un fidèle voulait du réconfort, un prêtre ne s'épanchait pas en banalités.
"Que désirez-vous?", demanda le tavernier.
"D'abord nous asseoir je dirais. Ensuite un thé, sans sucre."

Ils s'assirent. Dans la tanière, il y avait des worgens et des humains, et pas uniquement des Gilnéens. Il ne dirent rien avant que le thé n'arrive.
En vérité, même s'il avait envie de parler, il ne savait pas par où commencer. Adrian semblait un peu amusé de jouer à ce jeu du silence.
Finalement il se lança :
"Ecoutez, c'est bien simple, maintenant que je suis ici, je ne sais trop quoi dire, alors autant vous poser toutes les questions : qui étiez-vous avant d'être ce que vous êtes maintenant? Comment s'est passé la chute de Gilnéas pour vous? Comment êtes-vous arrivé ici?"

Il s'était en quelque sorte vidé d'un coup. Soit, c'était un peu abrupt. Mais tant pis. Il n'était pas à cela près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Ven 10 Déc 2010 - 22:03

Il déposa son arme près de lui, à portée de main, une habitude comme une autre, mais une habitude tenace. Carré dans son siège, ses épaules s'affaissèrent un peu et il prit son temps pour dévisager le prêtre sans paraître indescent. Un homme de foi, cela ne faisait aucun doute. Habité de lumière que même les heures sombres de leur condition commune n'ont pas su lui hôter.

"Ecoutez, c'est bien simple, maintenant que je suis ici, je ne sais trop quoi dire, alors autant vous poser toutes les questions : qui étiez-vous avant d'être ce que vous êtes maintenant? Comment s'est passé la chute de Gilnéas pour vous? Comment êtes-vous arrivé ici?" demanda alors son hôte.

Adrian parû surprit un instant, le fixant quelque peu interdit avant d'entreprendre d'hôter lentement ses gants de mailles et de plaque, un faible sourire en coin.

- Vous avez une bien curieuse façon d'"attaquer" si je peux me permettre, monsieur.
Il étouffa un léger ricanement.
- Avant tout échange, il est d'usage de se présenter.
Ensuite, si vous êtes venu pour intégrer la meute, c'est à moi de poser les questions.


Il releva les yeux vers le visiteur, les encrant au plus profond de ses iris comme deux harpons cherchant à percer la personnalité de son interlocuteur. Pourtant, son sourire se voulait sincèrement amical. Il laissa sciement planer un silence, avant de redresser le buste, de poser le second gant sur le premier devant lui, et de croiser les bras en arborant l'air chaleureux qu'il avait opté quelques minutes plus tôt.

- Ne voyez aucune offence, vous avez fait un si long trajet, je peux comprendre votre empressement d'en savoir d'avantage. Je vais répondre au nom de toute la meute, du moins de la plupart des gens qui la compose et qui sont concernés par ça plus que les autres. Puisse cela vous satisfaire pour l'instant.
Qui nous étions ? Et bien ceux que nous sommes toujours ! Des enfants de Gilnéas ! Nous étions fermier, soldat, chasseur, entrepreneur, pêcheur... Nous étions frère, soeur, père, mère, fils et fille, amant et amante... Nous étions riche et pauvre. Qui voulez-vous que nous étions ? Nous sommes, et nous restons des citoyens de Gilnéas, avant tout autre chose.

Comment avons-nous vécu la chutte de Gilnéas ? Après ce que je viens de dire, je suppose que vous vous doutez que nous n'avons pas sauté de joie. Nous sommes devenu veuf, veuve, orphelin, de famille ou d'amis, d'une ville, mais pas d'une patrie.

C'est ce qui nous uni, c'est ce qui abreuve notre force, notre volonté, ser, monsieur, qui que vous soyez. Nous avons tous une blessure propre qui ne se refermera que dans le salut de notre peuple. Chacune de ces douleurs, de ces echecs, de ces peurs, fait tourner les rouages de notre meute croissante aujourd'hui.


Il ne s'était pas rendu compte de la hargne dans sa voix, de son poing serré, de ses muscles tendus près à bondir pour aller au combat. Adrian se perdit quelques seconde dans le regard de son interlocuteur avant de recouvrir son calme. Son visage était un peu plus fermé, trahissant une certaine lassitude. Las d'être encore ici alors que des tas d'os et de chair putréfiées n'attendaient que le tranchant de sa lame, la fureur des siens, mêlée à celle des Lordaeronniens unis sous une même bannière contre leur ennemi commun.

Il soupira doucement avant de relever les yeux vers le prêtre.
Je me laisse un peu trop aller et je m'emporte ces dernier temps, pensa-t-il, Retrouver les miens doit y être pour quelque chose, un peu de tenue bon sang !

- Vous sentez-vous concerné par tout ceci, vous dont j'ignore toujours le nom ? dit Adrian, doucement, le calme de nouveau retrouvé, Êtes vous venu pour savoir ces choses ô combien évidentes, ou pour nous rejoindre dans notre combat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Sam 11 Déc 2010 - 5:27

Jon regarda Adrian, interdit, presque honteux. Il est vrai, il s'était présenté au garde, mais pas à celui qui l'avait si chaleureusement invité!

"Excusez-moi, mon impatience en oublie la plus simple bienséance. Je m'appelle Jon Wolfson, fils illégitime du seigneur Harold Wolfson, prêtre de la cathédrale de Gilnéas. Cependant excusez-moi d'avoir été si brutal, mais je me permets de l'être encore plus.
Votre discours est poétique, rhétorique, et que ne sais-je encore, mais il ne répond pas réellement à ma question. Les grandes lignes de l'histoire de Gilnéas, je les connais. J'ai vu les navires Reprouvés bombarder nos côtes. J'ai vu le cataclysme engloutir Havre-Nuit. Je ne désire nullement me vanter, mais j'y étais. Non, ce que je désire connaître, ce n'est pas tant l'histoire de la Meute que l'histoire du premier worgen inconnu qui m'adresse la parole, et ce worgen c'est vous, Adrian.
Je ne veux pas, pas du tout, m'enquérir d'un idéal chevaleresque, épique ou autre. Si je suis ici, c'est pour rencontrer mes semblables, les écouter, les aider dans leur mission. Je sers les individus, pas une cause obscure.
Alors je vous en prie, racontez-moi votre histoire, j'en brûle de curiosité. Je n'hésiterai pas à vous raconter la mienne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 4:34

Il avait bien compris la question et il ne pensait pas que Jon serait si insistant. Il fallait bien se mettre à l'évidence que les worgens n'étaient pas les créatures les plus facile à amadouer, ni à décourager par des phrases plus ou moins assomantes. Des paroles, des paroles et encore des paroles, ça ne fonctionnait qu'avec les humains qui pouvaient se contenter de jolies tournures tant qu'elles étaient convainquantes.
Parler il aimait peut-être, mais parler de lui c'était une autre affaire.

Pourquoi cet empressement ? Cela semble assez important pour qu'il ait fait tout ce chemin jusqu'ici, ça n'aurait aucun sens sinon. Je vais peut-être faire une légère entorce à mes principes... pour cette fois. J'espère seulement ne pas le faire pour rien.

Ne cachant pas une gêne, et un refroidissement certain, il joignit les mains sur la table devant lui et répondit à mi-voix.

- J'étais un garçon comme les autres, une enfance à l'abrit du besoin, une enfance assez banale dans le milieu d'une petite noblesse, sans histoire, au sein d'une famille aimante et ayant reçu une éducation stricte. Que pourrai-je vous dire, nous aimions la chasse au renard lors nos temps libre, les sorties en ville, les livres, les arts, des occupations pour le moins commune. J'étudiais un peu de tout avant de me passionner pour l'art du combat. Dès lors, je décidais de suivre une voie de soldat.

Pour être franc je n'étais pas là lorsque le mur est tombé. Une partie de ma famille et moi avions quitté clandestinement le pays longtemps avant cela, lorsque la malédiction a commencée à ronger de plus en plus de citoyens. Je suis arrivé ici part bâteau, tout comme vous...

Son visage se détendis un instant et redessina un léger sourire.

- Vous transportez encore avec vous l'odeur de l'iode, et des arbres si particuliers de Darnassus, murmrua-t-il, un peu rêveur.

Puis il se reprit très vite et rajouta en se râclant la gorge.

- Je m'égard, sans doute des envie de voyages ! Ai-je été à la hauteur de vos attentes cette fois, père Wolfson ?

Légèrement badin dans la voix et dans le sourire, curieux et impatient à son tour de connaître un peu plus son interlocuteur, près à enregistrer le moindre mot qui sortirait de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 5:09

"Père Wolfson"
Jon entendit ces paroles avec une certaine nostalgie. Cela l'emplissait aussi d'une certaine vanité que l'on donne un titre et de l'importance à l'humble serviteur de la Lumière qu'il était.
"Vous n'êtes pas obligé de m'appeler "père". Entre nous, à Gilnéas, nous nous appelions par nos prénoms, et seul le Grand Prêtre de la Lumière de la cathédrale aimait les titres de ce genre. Mais comme il était le plus âgé, il disait "mon fils" à chacun de nous."

Il regarda Adrian avec un sourire un peu triste. Il était à la fois peiné de ses souvenirs, mais heureux qu'on les lui rappelle. Le soldat en face de lui le regardait un peu mal assuré, gêné. Jon comprenait pourquoi, du moins le pensait-il. Il avait compris dans le récit d'Adrian qu'il n'avait pas connu la chute de Gilnéas, et qu'il était worgen depuis bien plus longtemps que lui-même. Il lui était une énigme de savoir comment lui avait réussi à dompter sa nature animale. Jon avait eu de la chance - ou alors le destin s'en était-il mêlé? - d'avoir survécu aux breuvages du chimiste royal puis de rencontrer les Elfes de la Nuit qui leur avait appris à se contrôler entièrement grâce à une complexe cérémonie druidique.
Il se ravisa cependant de continuer à poser des questions. Il était à son tour de se dévoiler. Il pouvait bien reposer une autre question plus tard. Tel était le jeu qu'ils jouaient tous les deux, scrutant l'un l'autre, mais non dans l'expectative d'une confrontation comme le feraient deux ennemis potentiels. Non, au contraire, Jon trouvait Adrian passionnant.

"Je suis né, comme je l'ai déjà dit, comme fils illégitime du Seigneur Harold Wolfson, qui vivait sur les hauteurs de l'ouest, non loin du manoir royal d'ailleurs. Ma jeunesse se passa d'abord dans le manoir familial. Je n'avais pas l'éducation stricte de mon demi-frère ainé, celui à qui tout devait revenir. Je vivais à moitié près de mon précepteur, à moitié dans les cuisines, près de ma mère, qui était servante. Ma petite enfance ne fut pas malheureuse. Elle n'eut simplement pas de père. J'avais une vie confortable grâce à lui, mais jamais il ne s'enquit de moi.
En rentrant de la Deuxième Guerre, c'est à dire il y a environ trente ans - j'en avais moi-même à peine dix -, il m'annonça que maintenant qu'il pouvait se consacrer à nouveau entièrement à son domaine, j'allais être envoyé dans la confrérie qui entretenait la cathédrale de la lumière, à Gilnéas.
Il avait ses raisons. La première était qu'il craignait, malgré ma bâtardise, que je réclame une partie de son héritage. La seconde y était entièrement liée, à savoir que le titre de Comte de Wolfson n'est pas tout, il faut l'argent pour le faire vivre. Or nous...ils étaient de ces nobles qui n'ont rien d'autre qu'un domaine en ruines et des couvertures en lieu de maisons chauffées.

Je fais l'impasse sur mes trois décennies passées dans la capitale. Elles furent très belles, intéressantes, mais pas intéressantes pour me présenter. Elles sont néanmoins l'origine de ce que je suis maintenant.
En ce qui concerne notre chute, j'étais aux premières loges. J'ai combattu et aidé sur le front, d'abord en tant qu'humain contre les worgens, puis en tant que worgen contre les Réprouvés. J'ai découvert mon talent comme homme d'action complémentaire à celui d'érudit et de prêtre ouvrier. Désormais, j'aspire à trouver l'équilibre entre ma part de lumière et ma part d'ombre.

Vous êtes le premier Gilnéen réfugié que je rencontre qui n'ait pas été présent lors de la chute. Cela prouve que nos anciennes dissensions nous ont tous rapprochés, peu importe notre passé. Mais comment avez-vous fait pour vous contrôler et vous cacher, toutes ces années?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 16:13

Il buvait le flux de ses mots à étancher la soif de dizaine de dromadaire de Tanaris, insatiable, l'oeil aux aguets. Il avait oublié la tannière, le passage de certain worgen, certain de leur regard, et même les sons environnants. Apprendre à connaître quelqu'un, même un semblable, était fascinant. Le récit de Wolfson ne l'était pas moins et le touchait. Plus il avançait dans les mots plus ils s'encrèrent mutuellement dans leur intimité réciproque, effleurant des cordes sensibles de leurs passif autour desquelles des remparts avaient été érigés par l'expérience et la douleur.
Le prêtre se dévoilait sans mal, avec ce besoin latent de se confier, de partager, de raconter, d'être compris. Peut-être, pendant toutes ces années dans cette cathédrale, n'avait-il jamais eut l'occasion de le faire, et à l'inverse, accueillait les confidences, les secrets et les peines des fidèles. Pendant toutes ses années, cela relevait de l'incroyable, de devoir supporter le fardeau des autres sans pouvoir poser le sien. Incroyable de ne pas avoir collectionné les ulcères entre temps ou être devenu un sinistre radoteur aigri.
Son envelope physique dissimulait une force intérieure d'une ampleur insoupçonnée et inspirait un profond respect.

Sa dernière question ramena le jeune guerrier à cette face de lui-même qu'il n'aimait peu et qu'il ne parvenait à se défaire. Sa pudeur si longuement travaillée, était doucement effilochée pour remettre à l'air libre quelques détails de son passé. Mais l'échange avec le prêtre le poussa au bord d'un dilemme, avec d'un côté l'agréable sensation que procure ce genre de partage, un peu comme une libération, et de l'autre l'hésitation, la méfiance, peut-être un peu de douleur aussi. Tant pis, continuons comme nous avons commencé, soyons un peu naïf !

- C'était douloureux au début, et long pour m'adapter, mais j'ai très vite accepté ma condition, et je l'ai tournée à mon avantage. Ainsi, ça n'était pas une malédiction, mais avec tous les dons extraordinaires que cette métamorphose m'offrait, c'était réellement une bénédiction. Même si le côté animal est plus difficile à maîtriser qu'il n'y paraît. C'est une drôle d'ironie que de devoir s'approvoiser et se dresser soit-même !
J'ai pu le cacher tout ce temps. Je m'en félicite d'ailleurs, d'avoir réussi à ne pas faire peser trop de soupçons sur ma personne, de na pas attirer l'attention. C'est un travail qui demande beaucoup. Se connaître avant tout, anticiper nos moindres réactions, le ton de notre voix, nos gestes même les plus anodins. Tout calculer, ne rien laisser transparaître, ne laisser aucune faille. Bien évidement j'ai été aidé et épaulé, par nos tuteurs qui nous on hébergés, le druide qui m'est venu en aide, et de nouveaux amis, très rares et d'une confiance inébranlable, a qui j'ai pu le confier.


Ce n'étaient pas un sombre souvenir à cacher absolument, car aujourd'hui ça devenait plutôt commun et semblable à d'autres histoires de worgen. Non, ça restait des morceaux de lui qu'il avait trop peu l'habitude d'offrir malgrés leur banalité, et ça l'éprouvait. Il se garda bien de le montrer pour autant.

Une lueur palpita au fond de son oeil, un signe faible indiquant qu'il sortait de ses songes pour reporter toute son attention sur Wolfson. Et il lui sourit, un sourire un peu soulagé et reconnaissant.

- Dites moi maintenant, murmura-t-il en callant son menton sur son poing, Pourquoi êtes vous venu jusqu'ici ? Vous n'êtes pas sans ignorer que cette meute oeuvre pour la chutte de Sylvanas et de ses laquets misérables. Ne me faites pas croire que c'est notre thé chaud et le climat "Hurleventien" qui vous attire.

Un rictus étira le coin de ses lèvres en attendant une réponse quelconque de la part de Jon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 17:58

Jon sourit lui aussi.

"Non effectivement. Et en vérité j'étais même réticent à l'idée de venir à Hurlevent. Vous n'êtes pas sans savoir les tensions de ces dernières années. Je me voyais mal débarquer dans une cité que notre patrie à sciemment renié pour vivre retranchés.
A l'origine je pensais que la meute était stationnée à Darnassus où nous avons été accueillis à bras ouverts. Je voulais offrir mon aide aux éprouvés de Sombrivage et découvrir les territoires kaldorei sans avoir à - trop - souffrir du regard des autres. Vous connaissez les humains...vous nous connaissez... la différence ne nous a jamais mis à l'aise. Les Elfes de la Nuit par contre sont en contact permanent avec des ours qui parlent - les Furbolgs - avec des arbres qui bougent - les Anciens - et ont eu un contact privilégié avec les Draeneis, dont le contact m'intimide encore quelque peu et si j'arrive à me faire à eux, c'est uniquement parce que mon propre sort m'aide à relativiser l'importance de l'apparence.
Mais l'idée de votre Meute me séduit. D'abord retrouver une structure nouvelle. Je n'ai plus personne sur cette terre. Le sort de ma famille...", Jon se tût, ne sachant réellement comment continuer,"...a été peu enviable. Et de connaissances proches, je n'ai plus personne. Le roi Grisetête est un ami cher, tout comme Darius Crowley, depuis que nous avons combattu ensemble, mais ils sont appelés à de bien plus hautes responsabilités. Votre meute propose une unité, une unité dont nous avons tous besoin en ces temps troublés.
La vengeance envers Sylvanas, La Lumière et l'Ombre la dévore-t-elle pour l'éternité, m'incombe personnellement. Elle a tué le prince. Je l'ai vu faire."
Il laissa échapper un grognement qui n'était plus très humain, et en découvrant ses dents, il ne fallait pas être grand clerc que cette dentition était très proche de celle d'un canidé. Il ferma les yeux un instant puis sourit à Adrian. Ses dents étaient redevenues normales. La colère était bénéfique en combat. Ici, à parler amicalement, il ne devait pas se laisser submerger par ses émotions.
"Envers les Réprouvés en général, je n'ose cependant penser qu'en termes de vengeance. J'en ai tué beaucoup, et ils ressentent tout autant la peur en combat que nous, je l'ai senti. Leurs dirigeants sont atroces, mais je ressens de la fascination pour leur sort. Comme nous, ils ont dû chercher une nouvelle voie dans le monde, libérés de l'influence du Roi-Liche, mais réduits à hanter le monde sous une apparence qui n'était plus humaine. Je suis sans doute naïf, mais ils ne sont pas tous corrompus ou aigris de leur ancienne vie de mortel. Mais il ne fait aucun doute que si l'un d'eux se dresse contre moi, mes sorts d'ombre les envelopperont et les mèneront à la mort!"
Et disant cela, il se transforma d'un coup, mais sans perdre son calme. Mais sa colère intérieure avait suffit à le changer en worgen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 19:44

Ses yeux s'embrasèrent, il jubilait intérieurement.

- Aujourd'hui les réprouvés ne sont plus qu'un tas de chair morte dirrigé par leur souveraine. C'est elle qu'il faut frapper pour anéantir tout le troupeau. Pour libérer ces créatures de son emprise. Vous avez raison, ils n'ont pas eu le choix, comme nous, comme les engeances du Roi Liche... Ils ne sont que ses instruments de destruction et de chaos, et sont toujours plus nombreux. Nous avons l'immense avantage de ne pas être corruptible par sa peste, nous ne pouvons qu'être un bras fort dans cette guerre.
C'est de cette colère dont nous avons besoin, Jon. Vous avez frappé à la bonne porte et je suis convaincu par vos motivations. Nul doute que les autres le seront aussi, je vous soutiendrai, soyez-en sûr.

Je vais faire un rapport pour les alphas, je n'ai pas l'autorité nécéssaire pour décider de vous intégrer à la meute, encore moins sans avoir consulter leurs avis. Je m'arrangerai pour qu'il soit traîté au plus vite et vous aurez bientôt des nouvelles à ce sujet. En attendant, je prend la liberté de vous proposer de rester ici au moins pour la nuit, vous remettre tranquilement de votre voyage.


Adrian se leva et accompagna Wolfson jusqu'à une petite chambre de libre à l'étage, après avoir vérifié qu'elle était bien disponible.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit vous n'hésitez pas à me demander, je vais rester ici à la tannière le temps que votre dossier soit pris en charge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jon Wolfson



Messages : 25

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Dim 12 Déc 2010 - 19:51

Jon contempla la chambre. Une chambre dans le plus pur style Gilnéen avec son lit en fer forgé, ses fenêtres aux carreaux teintés, ses toiles au mur.
Au pied du lit, une barrique de vin sur une caisse remplie de glace était pleine de viande crue. On avait pensé à la nature des habitants de la bâtisse.
Le prêtre se tourna vers Adrian.
"Merci...vraiment."
Sa gorge était nouée, mais il ne fondit pas en larmes. Il ne pensait pas un jour qu'il puisse à nouveau vivre une vie confortable, normale, avec des repères. Il semblait pourtant que cela était en bonne voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benneth
Loup Alpha
avatar

Messages : 113

MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   Mar 14 Déc 2010 - 17:16

[HRP]

Bonjour,

Nous souhaiterions finaliser ta candidature par une petite rencontre en jeu.
J’attends tes disponibilités par MP sur le forum ou directement sur le jeu.

A très bientôt !

[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Candidature Acceptée] Jon Wolfson, un prêtre comme un autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: