AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Candidature Abandonnée] Katérina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katérina



Messages : 1
Humeur : Movible...

MessageSujet: [Candidature Abandonnée] Katérina   Lun 20 Déc 2010 - 22:18

-"Pauvre fou.. il ce fut de peu pour qu'il m'attrape.." C'est alors que sautant de la fenêtre de sa chambre, Katérina se mis à fuir dans l'obscurité de la nuit...

Voila déjà trois bons jours que Katérina avait fuie de Gilnéas, après l'annonce du cataclysme aillant frapper sa si chère ville.

-Gilnéas - 2 semaines plutôt:

Ce réveillant d'un sommeil agité, Katérina s'avança à sa fenêtre et pris le temps de regarder les personnes s'y trouvant. La bonne Grand-maman Muriel venait, comme à son habitude, acheter ses fruits dans le quartier commerçant. Quant à notre bon Aldric Herbefolle, le marchant d'herbes d'à côté, il ne cessait pas de relooké Belsarine attendant passivement ma venue devant chez moi. C'est alors qu’elle l’appela et lui lança du haut de mon perchoir.

-"Comme ça, on attend que les bourgeons pousse sur ses branches ma chère amie ?" Dis-je d'un air amusé.

-"Ho saute ! Encore en train de rêvasser ! Dépêche-toi de descendre, Dame Fortebrume va nous enguirlander si nous tâchons de rater, de nouveaux, un de ses cours !"

-"Ho mince ! C'est vrai !"

C'est alors que Katérina sauta dans son habit d'apprentie et fonça rejoindre Mademoiselle Belsarine, afin de faire la route.

Marchant à grand pas, elles arrivèrent bientôt au niveau de la grande poste, donnant sur l'extérieur. Elles s'avancèrent lorsque Katérine remarqua, au détour d'une rue, un groupement de soldats. C'est alors qu'elle s'approcha.

-*brouhaha des villageois regrouper derrière elle* Mais que faire ! Sommes-nous toujours en sécurité !? *les débats se font de plus en plus sauvages* "Mes deux enfants et moi n'avons nul part où aller ! Qu'allons-nous faire !? Répondez à la fin !"

C'est alors quand jouant du coude, Katérina arriva à se faire une place dans les premiers rangs. Elle remarqua alors Prince Liam Grisetête, fils du souverain de Gilnéas.

Prince Liam: "Voyons ! Garder votre calme ! Nous avons tout mis en œuvre afin de bloquer de toute part la venue de ses bêtes sauvages ! Rentrez chez vous et rien ne vous arrivera de mal !"

Affolée et désarçonnée, Katérina pris Belsarine par le bras et la tira non loin de là, évitant de peu, les vagues de terrifiés, courant, hurlant, et tournant, tel des animaux en cages.

-"Écoute à présent ce que j'ai à te dire !" *la colle contre le mûr, la secouant afin de la réveiller du choc * "Fonce chez toi, et va prévenir ta famille ! Plis bagages et rejoint Dame Fortebrume à la clairière, non loin de la forêt ! Je me charge d'y conduire le reste des citoyens encore sur place."

C'est en fixant sa jeune amie, courant vers son habitat, que la jeune fille se rendit compte peu à peu de l'importance de la situation qui était entrain de se passer. Elle se mit alors en route vers la place marchande afin d'y extraire le peu de villageois encore sur place.

L'ambiance se fit de plus en plus lourde, tandis que la nuit commença à tomber. C'est alors que son corps se fit lourd et ses genoux aussi mou que de la paille. Elle tomba à la renverse. Un souffle profond et haletant se fit alors sentir dans sa nuque, et c'est avec un grand effroi qu'elle réussie à se retourner. A ce moment-là, elle se vis face à face avec une chose sortie de conte de d'horreur, un être mi-homme, mi-loup, se trouvait là, posté sur elle, la fixant avec de grands yeux rouges sang.

Un léger crie étouffé se fit à peine entendre lorsqu'elle évita les coups de dents et de griffes de la bête. C'est alors que le worgen fut expulsé vers le mûr le plus proche, et Katérina, relevée tel un vulgaire sac.

Soldat Gilnéen: "Vite ! Partez Mademoiselle ! Je me charge de lui..."

Sans posé de questions, et masquant sa plaie discrètement sous sa robe de laines, la jeune rescapée fonça chez elle, pensant y trouver ses parents toujours présents.

Ses pas étaient lourds mais rapides, seul le bruit de ses bottines sur les pierres de la route fessait guise de fond sonore. La route fut longue et sa blessure était de plus en plus douloureuse, comme si des coups de lames brûlantes déchiraient sa chaire de toutes parts. ...Quelque minutes plus tard, elle arriva devant chez elle, enfonça sa porte et entra. Là, elle trouva gisant sur le sol, trois corps recouverts de sang. Le choc fut rude et Katérina tomba face contre terre, les yeux remplient de larmes.

-"Bêtes immondes ! Péreee ? Méreee ? Noooooon !"

Un soldat, alors alerté par les cris de la jeune fille, vint à sa rencontre.

Soldat Gilnéen: "Mademoiselle ! Vite, venez avec moi ! Les worg.."

L'homme ne pu avoir le temps de finir, que la jeune fille se transforma elle-même en une de ses bêtes et propulsa le soldat contre une fenêtre. Le pauvre ne vécue pas longtemps après cela...

Elle pris alors ses jambes à son cou mais fut vite capturée et réduite à l'état de cobaye pour les expériences de l'alchimiste de Gilneas, grâce (ou malheureusement) à cela, elle put reprendre emprise sur ses actes.

-Darnassus, quelque temps après:

Les Elfes de la cité elfique, avait pris le temps d'accueillir ses nouveaux alliés, mener par le Roi Genn Grisetête, et d'y entraîner les quelques worgens encore vivants, afin qu'ils puissent reprendre forme humaine… La rencontre fût plutôt festive, et les deux jours qui suivirent firent alimentés de repas bien fournis et de boissons de toutes origines.

Malheureusement, Katérina ne réussie pas à acceptée que tout était fini, ravivée sa rancune contre ses nouveaux ennemis, les Réprouvés...

La nuit qui suivie, elle s’embarqua sur le premier bateau quittant le Kalimdor, sans mot dire.

- Forêt d'Elwynn, cette nuit:

Après une nuit passée avec discrétion dans une auberge de Comté-de-l'ors, elle fit contrainte de fuir son doux quartier, afin d'éviter les gardes appelés par l'aubergiste. "Pas de poltron dans mon auberge ! Truandaille ! Mortdiable ! Ventre-Dieux ! (/iDéguerpie !"

Elle pris alors la route en direction de la cité. Quelques dizaines de minutes après, la jeune femme arriva aux portes de la cité et entra afin d'y tourner, attendant le jour venu. La tête baissée, guetteuse de toutes nourritures pouvant être dénichées dans les fossés, Katérina erra dans le quartier des nains. Après s'être assise sur le bas côté de la rue, les mains tenant un morceau de pain croupie, elle se mit à manger silencieusement.

Tout un coup, elle perçu une discution. Deux soldats de la cité semblaient tergiverser entre-eux. Elle s'approcha alors silencieusement, cachée dans l’angle de la ruelle.

-"La meu.... ...nnue, nous devront veiller à ce qu... ..et..bêt.. recrutement doit être..."

-"Sensi...oui. Ses maudis Gilnéens ser.. non auss.. uatier des nains j'te d..."

N'arrivant à comprendre que quelques semblant de mots, la jeune fille fonça vers la direction qu'avais indiqué l'un des gardes afin d’y peut être retrouvé des amis rescapé de la cité.

C'est après avoir longé les canaux, qu'elle arriva à destination. Elle prit le temps de scruter les environs, s’assurant que personne ne la suivait et entra dans la cour donnant sur une seconde ruelle détachée. Elle s'approcha alors de l'endroit dit la "Tanière" du Clan Sombrecrin. Au fur et à mesures qu’elle s’avança, et elle remarqua une silhouette de Worgens. Elle dit alors.

-"Hum.. *tousse* ..Je..je cherche la Tanière.. enfin.. l'endroit où résiderait la Meute Sombrecr..in s'il vous plait..."

[HRP] Tout d'abord, Bonjour/Bonsoir a tous.
C'est avec grande peur que je postule chez vous, car je sais que mon niveau né pas très bon et que comme vous pourrez le lire, je fais de nombreuses fautes. ..Qui j'espère ne porterons pas trop préjudice à ma candidature.

Après, j'aimerais m'excuser aussi pour la longueur du post que vous aller sans doutes trouver barbant (c'est normal) c'est juste que les Worgens sont riche en histoire et qu’il est difficile de se démener pour en sortir. (Ou du moins, se différencier des autres.)

Quoi qu'il en soit je vous souhaite tout de même une bonne lecture (tant qu'on le peu), tandis que pour ma part de je vais aller écraser les Punaises se promenant dans ma chambre et jeter la Mouflette dans celle de mes parents.... (Bin quoi !?)[/HRP]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: [Candidature Abandonnée] Katérina   Lun 20 Déc 2010 - 23:42

Il faisait bon pour un hiver, même si ça restait frais, le vent était tombé, et la lune éclairait tel un phare pour guider les restes de badaud à la dérive dans les rues sombres de la cité. Sécurisante et maternelle, sa lueur opaline faisait luir les pavés humides de rosé jusqu'à la porte de leur logis. Adrian flânait et profitait des quelques dernières bribes d'animation qui réchauffait encore certaines rues. Tavernes bruyantes et chaleureuses d'où jaillissaient musiques festives, chaleurs humaines, malgrés les relans d'alcool et d'urine toujours omniprésents aux alentours. Les femmes toujours aussi belles et rayonnantes qui ne se laissaient pas impressionnées ni par les heures sombres d'Azeroth, ni par les hommes toujours plus téméraires, images bien vivantes prouvant que tout renaît toujours des cendres.
Les rires accompagnaient les notes d'un violon, les talons frappant le plancher éprouvé en rythme d'une danse burlesque, et le cul des chopes pleine de mousseuse sur les tables de fortune tâchées de sueur et de liqueur. Il frappait dans ses mains pour encourager la musique et les danseurs pittoresques dans leurs gestes effrénés. Les robes tournoyaient et, très vite, la piste de danse étouffante devint un étang de mousseline colorée.
Il se sentait pleinement humain, un anonyme parmis d'autres anonymes, un citoyen, un type quelconque dans une masse hétéroclite quelconque.

Profite de la vie à chaque instant, dès que tu le peux. Nous sommes tous égaux dans l'oisiveté, le combat arrivera bien assez tôt pour nous départager.
Ces mots d'une personne qu'il regrettera toujours, il les suivait à la lettre.

Les heures avançait, il s'aglutinait contre d'autres au comptoire à échanger prouesses et chansons, accolades amicales, sachant que demain ils l'auraient tous oubliés. C'était toujours comme ça, l'ivresse rend euphorique mais souvent amnésique. Un peu comme un contrat, il y a toujours un revers de médaille. Les femmes au teint rose et aux formes agréables se pressaient ou s'esquivait, ces malignes, elles savaient jouer avec les hommes. Ils étaient tous des loups, et elles de charmants félins...

Adrian ne s'était jamais vraiment prêté à ces jeux mais il s'amusait à observer. Mais les heures avançait, et l'air venait à manquer. Il fini son verre qu'il ne comptait plus pour prendre une bouffé d'air frai salvateur au dehors. Eméché mais encore loin d'être complètement fait, il prit la dirrection de la tannière, un sourire en coin, même si ça tête vrombissait encore du brouhaha de la taverne dans le silence des rues.

C'est alors qu'à quelques pas, il apperçu une silhouette qui se louvoyait hâtivement là où il se rendait. Son flaire était encore trop anesthésié par les odeurs fortes du Baril Ambré pour détecter quoi que ce soit, il cru alors que son esprit lui jouait des tours mais, dans le doute, pressa le pas.

Plus de doute cette fois, il y avait bien quelqu'un qui parlait au garde à l'entrée de la tannière. Il ne semblait pas y avoir d'hostilités, et Adrian s'avança donc, mains dans les poches, un air nonchalant qu'on ne lui connaissait pas, du moins pas encore au sein de la meute, sa chemise ouverte de moitié et les cheveux longs désorganisés. L'alcool rabaissait un peu le masque de la retenue, jamais il ne se serait présenté ainsi parfaitement sobre. Il se posa non loin de l'arrivante, un sourire un peu badin en coin.

- Sombrecrin ? C'est ici... Que pouvons-nous faire pour vous ? demanda-t-il à mi-voix.

Son odorant lui revint et il prit le temps d'aspirer les effluves agressives qui lui parvinrent aux narines, discrètement, tandis qu'il détaillait l'individue d'un regard inquisiteur.

- Hormis vous trouver de quoi manger. Vous semblez affamée ma pauvre amie... De quelle bouche d'égoût sortez-vous comme ça ? Vous êtes dans un état épouvantable... Nous ne faisons pas la charité je préfère vous prévenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Candidature Abandonnée] Katérina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: